Verbier Festival
27 juillet 2018
19H00
Salle des Combins
CHF 160.- | 140.- | 110.- | 80.- | 50.- | TR 25.-
András Schiff ©BirgittaKowsky
Tabea Zimmermann ©MarcoBorggreve

L’ouverture du Songe d’une nuit d’été de Mendelssohn, avec son atmosphère de livre de contes, ses fées de plumes et ses charmants commerçants, est l’une de ses brillantes réalisations à l’adolescence. Seize ans plus tard, en 1842, il recrée la magie en ajoutant des mouvements pour une adaptation scénique.

Le dialogue est déjà en train de se construire dans la Symphonie concertante de Mozart (1779), lorsque le violon et l’alto solo font leur entrée. Le chant se poursuit à travers le mouvement lent et grave en do mineur jusqu’à l’effervescence finale.

Parmi les concertos pour clavier de Bach, celui en fa mineur a un mouvement lent dans lequel le soliste déambule parmi les cordes uniquement en pizzicato.

Le Premier Concerto pour piano de Beethoven fut achevé en 1795, après le numéro 2, mais publié plus tôt. Plein de confiance et de provocation, annonçant les défis à venir, trouvant alors la sérénité dans son mouvement lent.