Header image of page : NIKOLAÏ LUGANSKY
Récital piano

NIKOLAÏ LUGANSKY

Bach, Beethoven, Rachmaninoff
Le pianiste Nikolaï Lugansky sublime sa maîtrise et sa grande virtuosité dans l'exécution des Études-Tableaux de Rachmaninoff, complétées par un arrangement de la Partita pour violon N° 3 et de la si fameuse « Sonate au Clair de Lune » de Beethoven.
Programme

JOHANN SEBASTIAN BACH
Trois mouvements de la Partita pour violon N° 3 BWV 1006

LUDWIG VAN BEETHOVEN
Sonate pour piano N° 14 en do dièse mineur op. 27 N° 2 « Clair de lune »
Sonate pour piano N° 32 en ut mineur op. 111

SERGUEÏ RACHMANINOFF
Sélection d’Études-Tableaux

présenté par

 

Rachmaninoff était à la fois un habile transcripteur et un admirateur de Bach, dont il incorporait bien souvent les polyphonies dans ses propres œuvres. Il n’est alors pas étonnant qu’il ait réalisé une transcription pour piano aussi rayonnante et bigarrée de la Partita pour violon seul N° 3 du Cantor de Leipzig. La Sonate N° 14 de Beethoven se classe parmi les œuvres pionnières en ne débutant pas par un mouvement rapide, mais par un Adagio menaçant, dont les accords brisés hypnotiques sont si métaphoriquement évidents que la sonate a été surnommée « Clair de lune ». Après un Allegretto qui offre un bref répit ensoleillé, un Presto orageux avec des contretemps percutants clôt la pièce. Le deuxième et dernier mouvement de l’op. 111, sa dernière sonate, est encore plus frappant sur le plan rythmique. Thème et variations, son rythme ternaire 9/16 se subdivise au fur et à mesure de sa progression, laissant éclore un swing jazzy. Les « Tableaux d’étude » de Rachmaninoff, rythmiquement complexes et techniquement exigeants, sont d’une inspiration extra-musicale. Ainsi, lorsque Respighi en a transcrit quelques-uns pour orchestre, Rachmaninoff a fourni les descriptions de programme.

Media
BEETHOVEN Sonate pour piano N° 14 en do dièse mineur op. 27 N° 2 « Clair de lune » | Alessio Bax (Église de Verbier, 2016)
BEETHOVEN Sonate pour piano N° 32 en ut mineur op. 111 | András Schiff (Église de Verbier, 2015)