Header image of page : VFCO / PAPPANO / BABAYAN
Concert symphonique

VFCO / PAPPANO / BABAYAN

Mozart, Brahms
L'interprétation étourdissante du Concerto pour piano N° 27 de Mozart par Sergei Babayan laisse place à l'euphorie de la Sérénade N° 1 de Brahms par le Verbier Festival Chamber Orchestra dirigé par Antonio Pappano.
Programme

WOLFGANG AMADEUS MOZART
Concerto pour piano et orchestre N° 27 en si bémol majeur K. 595

JOHANNES BRAHMS
Sérénade N° 1 en ré majeur op. 11

Le Concerto pour piano N° 27 de Mozart, intime et parfois mélancolique, fut son dernier, achevé à peine onze mois avant sa mort. Bien que sa construction revête une allure autobiographique, il est très probable que cela soit lié à sa récente guérison de la maladie et d’un retour en grâce auprès du public viennois. Conçu pour une formation de musique de chambre – sans clarinettes, trombones ni timbales – il renferme un Larghetto d’une simplicité admirable entre des mouvements fluides dont la chaleur douce est compensée par des passages poignants en mineur. Brahms avait encore une vingtaine d’années lorsqu’il a écrit sa Sérénade N° 1, optimiste et pastorale. Bien qu’elle soit glorieusement brahmsienne et symphonique, ses six mouvements, qui font appel à un groupe de bois et cors proéminents, rappellent également les divertimenti de Mozart à ses débuts. À l’origine, elle était écrite pour flûte, clarinette, deux bassons, cor et quatuor à cordes, avant que Joseph Joachim ne persuade Brahms de l’orchestrer.

 

avec le généreux soutien de

Madame Aline Foriel-Destezet