Header image of page : NOBUYUKI TSUJII
mainstage

NOBUYUKI TSUJII

Beethoven, Liszt, Chopin
Le pianiste japonais Nobuyuki Tsujii, aveugle de naissance, a remporté la médaille d'or commune au Concours international de piano Van Cliburn en 2009 et s'est forgé une réputation internationale. Pour son début au Verbier Festival, il affiche son incroyable virtuosité à travers les quatre Ballades pour piano de Chopin qui font suite à divers pièces de Liszt et Beethoven.
Programme

LUDWIG VAN BEETHOVEN
Sonate pour piano N° 14 en do dièse mineur op. 27 N° 2 « Clair de lune »

FRANZ LISZT
Consolation N° 3 en ré bémol majeur: Lento Placido
Paraphrase de concert sur Rigoletto de Verdi

FRÉDÉRIC CHOPIN
Ballade N° 1 en sol mineur op. 23
Ballade N° 2 en fa majeur op. 38
Ballade N° 3 en la bémol majeur op. 47
Ballade N° 4 en fa mineur op. 52

Ce sont les accords brisés légèrement oscillants du premier mouvement qui ont valu à la Sonate pour piano N° 14 de Beethoven son surnom de « Clair de lune », rappelant à un critique musical le clair de lune du lac des Quatre-Cantons. Outre son caractère évocateur, ce mouvement était également révolutionnaire dans sa construction, car il permettait à Beethoven de s’émanciper des normes de la sonate et de son format rapide, lent et rapide. De doux accords brisés servent également de toile de fond à la troisième Consolation de Liszt, dans le style du nocturne, qui pourrait être un hommage à son contemporain à Paris, Chopin, décédé l’année précédant la publication du recueil. Alors que Chopin n’aimait finalement pas être sous les feux de la rampe, Liszt s’en délectait. Sa Paraphrase sur Rigoletto de Verdi est l’une des nombreuses œuvres de reprises de thèmes populaires qu’il a composées, pour démontrer à la fois ses prouesses techniques et sa poésie. Une poésie légèrement mélancolique se retrouve ensuite dans les quatre Ballades légèrement programmatiques de Chopin, qui, selon lui, ont été initialement inspirées par les ballades littéraires du poète polonais Adam Mickiewicz.