fbpx
Header image of page : ZLATOMIR FUNG / JULIEN QUENTIN
Musique de chambre

ZLATOMIR FUNG / JULIEN QUENTIN

CHAPORINE, ARENSKI, GLIÈRE & PROKOFIEV
Médaillé d'or du XVIe Concours international Tchaïkovski, Zlatomir Fung éblouit le public avec un riche programme rythmé de musique russe, en compagnie du pianiste Julien Quentin.
Programme

IOURI CHAPORINE (1887-1966)
Cinq pièces pour violoncelle et piano op. 25

ANTON ARENSKI (1861-1906)
Quatre morceaux pour violoncelle et piano op. 56

Entracte

REINHOLD GLIÈRE (1874-1956)
Douze feuilles de musique pour violoncelle et piano op. 51 (sélection)

SERGUEÏ PROKOFIEV (1891-1953)
Sonate pour violoncelle et piano en ut majeur op. 119

Les pièces de caractère pour violoncelle et piano ont trouvé quelques-unes de leurs plus belles réalisations dans la musique russe. Sous la plume d’Arenski, Glière et Chaporine, ces pages intimistes se font tour à tour rêveuses, lyriques, pittoresques, brillantes.  Élève méconnu de Rimski-Korsakov, Anton Arenski publie en 1902 Quatre morceaux pour violoncelle et piano op. 56, dont la mélancolique « Romance » préfigure Rachmaninov. Entre Arenski, qui fut son professeur, et Prokofiev, son élève, Reinhold Glière écrit « Douze feuilles de musique » (1910) : titre qui souligne la dimension d’esquisses des pièces. Iouri Chaporine a dédié au violoncelliste Mstislav Rostropovitch ses Cinq pièces pour violoncelle et piano op. 25 en 1959, un recueil intemporel, aux accents romantiques, ou fauréens, et au finale virtuose. Sergueï Prokofiev compose dix ans plus tôt son unique Sonate pour violoncelle et piano op. 119, stimulé par sa rencontre avec le jeune Rostropovitch. La partition est elle aussi hors du temps par sa facture romantique, mais dans une écriture et une richesse d’invention mélodique typiques d’un Prokofiev qui, malgré les vicissitudes du temps, n’a rien perdu de son humour.

présenté par