fbpx
Header image of page : VFCO / GOEBEL / FRÖST / RICHTER / SÁ
Concert symphonique

VFCO / GOEBEL / FRÖST / RICHTER / SÁ

VIVALDI & HAYDN
Programme aux accents baroques pour revenir aux origines musicales de la clarinette et aux premières symphonies.
Programme

ANTONIO VIVALDI (1678-1741)
Concerto pour clarinette et orchestre N° 3 en fa majeur « Il Mezzetino »

JOSEPH HAYDN (1732-1809)
Symphonie N° 101 en ré majeur Hob. I: 101 « L’Horloge »

Entracte

GIOVANNI PERGOLESI (1710-1736)
Stabat Mater P. 77, orchestration de J-S. Bach

La clarinette n’en était qu’à ses balbutiements du temps de Vivaldi, si bien qu’il n’y a jamais consacré un seul concerto. Les quatre mouvements d’ « Il Mezzetino » proviennent en réalité de l’imagination d’Andreas Tarkmann. Mezzetin est un serviteur cynique et rusé de la commedia dell’arte, évoqué dans le troisième mouvement à travers les allers-retours harmoniques « majeur-mineur » et le glissement de la clarinette sur un tapis discret de cordes pincées. Les pizzicati figurent également – en tessiture plus grave – dans le deuxième mouvement (Adagio) de la Symphonie « L’Horloge » de Haydn (1793) pour imiter le tic-tac qui justifie son nom, tandis que le grand thème du Menuet est adapté d’une de ses compositions pour orgue mécanique. À la fin de sa vie, Bach a retranscrit les œuvres de ses contemporains comme Vivaldi pour réaffirmer l’admiration qu’il leur vouait et son désir de rester à la page. Son arrangement fluide du Stabat Mater de Pergolesi étoffe l’orchestration et remplace le texte se référant à la souffrance de la Vierge par le Psaume 51 sur la repentance.

avant-concert