fbpx
Header image of page : TIMOTHY CHOOI / JULIEN QUENTIN
Musique de chambre

TIMOTHY CHOOI / JULIEN QUENTIN

PROKOFIEV, SZYMANOWSKI, KREISLER, GANG & RAVEL
Le violoniste Timothy Chooi et le pianiste Julien Quentin offrent au public un programme d’une grande variété, avec la Sonate N° 2 de Prokofiev, Beautiful Sunshine on Tashkurgan de Chen Gang, ainsi que des morceaux de Kreisler, Ravel et Szymanowski.
Programme

SERGUEÏ PROKOFIEV (1891-1953)
Sonate pour violon et piano N° 2 en ré majeur op. 94a

KAROL SZYMANOWSKI (1882-1937)
Nocturne et Tarentelle op. 28

FRITZ KREISLER (1875-1965)
Tambourin chinois op. 3

CHEN GANG (1935-)
Sunshine on Tashkurgan

MAURICE RAVEL (1875-1937)
Tzigane

C’est David Oistrakh qui, en entendant en 1943 à Moscou la Sonate pour flûte et piano de Prokofiev, séduit par la partition, demanda au compositeur de la lui transcrire pour violon. L’œuvre contrastée, et pleine d’allant, enchaîne un Moderato chantant, un Presto vif et aérien, un Andante poétique et rêveur. Le Finale, Allegro con brio, s’ouvre sur une marche sautillante et pleine d’esprit. C’est une nuit chaude et orientalisante qu’évoque la première partie de l’opus 28 (1915) de Szymanowski, Nocturne, suivi d’une Tarentelle endiablée, morceau de bravoure peut-être inspiré par une danse que le compositeur aurait vue en Sicile. Bravoure encore, que le Tambourin chinois de Fritz Kreisler, virtuose et compositeur de nombreuses pièces de charme. Bravoure, toujours, dans l’impressionnant Sunshine on Tashkurgan du compositeur Chen Gang, Ravel composa Tsigane en 1924 pour la violoniste hongroise Jelly D’Aranyi qu’il avait entendue jouer avec Béla Bartók. « À l’intention de notre amie qui joue si aisément, vous m’avez convaincu de composer un petit morceau dont la difficulté diabolique fera revivre la Hongrie de mes rêves, aurait déclaré Ravel à Bartók. Et puisque ce sera du violon, pourquoi n’appellerions-nous pas cela Tsigane ? » Long solo rhapsodique et langoureux du violon, puis déferlement de notes, harmoniques, glissandi, pizzicati, etc. : toutes les difficultés sont au rendez-vous, jusqu’au tourbillon final.