fbpx
Header image of page : VFO / DUTOIT / ARGERICH
Concert symphonique

VFO / DUTOIT / ARGERICH

KODÁLY, PROKOFIEV & STRAVINSKY
La 29e édition du Verbier Festival se termine sur une note inoubliable avec le Sacre du Printemps, œuvre révolutionnaire de Stravinsky, et la suite resplendissante Háry János de Kodály, interprétée par le Verbier Festival Orchestra sous la baguette de Charles Dutoit. S'ensuit le Concerto pour piano N° 3 de Prokofiev interprété par la brillante Martha Argerich.
Programme

ZOLTÁN KODÁLY (1882-1967)
Háry János, suite d’orchestre op. 15 

SERGUEÏ PROKOFIEV (1891-1953) 
Concerto pour piano N° 3 en do majeur op. 26 

Entracte 

IGOR STRAVINSKY (1882-1971)
Le Sacre du printemps 

Dans Háry János (1927), comédie lyrique pleine d’humour et de rêve, Zoltán Kodály met en scène un vétéran des guerres napoléoniennes qui s’invente des aventures rocambolesques avec l’impératrice Marie-Louise et l’empereur. Kodály en tira une suite symphonique qui séduit immédiatement par sa gaîté, ses marches parodiques, ses pages colorées nourries de thèmes populaires. Huit ans après le tollé suscité par son iconoclaste Concerto N° 2 (1913), Prokofiev termine en Bretagne un Concerto N° 3 aussi éblouissant de virtuosité, mais plus classique de facture et d’un lyrisme plus affleurant. Toutes les facettes de son art y sont réunies : motorisme, moments cantabile, ironie, éclat percussif. Le poète Balmont, après l’avoir entendu, qualifia Prokofiev de « Scythe invincible, frappant dans le tambourin du soleil. » Dissonances radicales, changements rythmiques, accents déplacés, violence sonore alors inouïe : avec Le Sacre du printemps (1913), « ouragan venu du fond des âges prendre notre vie aux racines » (Louis Laloy), Stravinsky fait entrer la musique du XXe siècle dans une ère nouvelle.