fbpx
Header image of page : KAVAKOS / YO-YO MA / AX
musique de chambre

KAVAKOS / YO-YO MA / AX

BEETHOVEN

La Quatrième Symphonie de Beethoven s'ouvre avec un Adagio mystérieux et sombre qui laisse place à un Allegro triomphant. Après un Scherzo endiablé, ponctué d'un Trio plus lent, Beethoven termine avec un Finale d'une légèreté digne de Haydn. Son Trio avec Piano No 7 de 1811 est quant à lui de taille et de conception symphonique avec ses quatre mouvements. Un Allegro noble, spacieux et souvent richement texturé mène à un Scherzo, commencé par les cordes seules, dont la légèreté insouciante est interrompue par un Trio plus sombre et fugué. 

Programme

LUDWIG VAN BEETHOVEN (1770-1827)
Symphonie N° 4 en si bémol majeur op. 60 (arrangement pour trio par S. Wosner)

Entracte

LUDWIG VAN BEETHOVEN (1770-1827)
Trio pour piano et cordes N° 7 en si bémol majeur op. 97 « Archiduc »

Entendre une symphonie à travers le prisme de la musique de chambre est peut-être une occasion rare en 2023, mais lorsque Beethoven a écrit sa quatrième symphonie en 1806, c’est ainsi que beaucoup de gens l’ont entendue en premier. L’œuvre s’ouvre sur un Adagio mystérieux et sombre, qui laisse finalement place à un Allegro triomphant. Le mouvement lent oppose ensuite une mélodie douce et longue à un rythme de marche de style militaire. Après un Scherzo endiablé, ponctué d’un Trio plus lent, Beethoven termine avec un Finale d’une légèreté digne de Haydn. Son Trio avec Piano No 7 de 1811 est quant à lui de taille et de conception symphonique avec ses quatre mouvements (au lieu des trois habituels). Un Allegro noble, spacieux et souvent richement texturé mène à un Scherzo, commencé par les cordes seules, dont la légèreté insouciante est interrompue par un Trio plus sombre et fugué. Suit un Andante lyrique qui se termine par une question prudente, à laquelle répond rapidement le rondo final aux multiples facettes.