fbpx
Header image of page : VFO / VERDI - REQUIEM
Concert symphonique

VFO / VERDI - REQUIEM

GATTI – DAVIDSEN – VON DER DAMERAU – DE TOMMASO – TERFEL – CORO DELL'ACCADEMIA DI SANTA CECILIA
Le Requiem de Verdi de 1837 fût rapidement décrit comme son “dernier opéra”, non sans raison, à cause de ses intenses émotions humaines, de sa force et de sa puissance dramatique pure. S'ouvrant avec une beauté feutrée, imprégnée de chagrin, le "Requiem" initial et le "Kyrie" s'élèvent à des sommets émouvants avant de se terminer sur un espoir serein.
Programme

GIUSEPPE VERDI (1813–1901)
Requiem

Écrit en réponse angoissée à la mort, en 1873, du romancier et poète italien Alessandro Manzoni, le Requiem de Verdi a rapidement été décrit comme son « dernier opéra », à cause de ses intenses émotions humaines, sa force grandiose et sa puissance dramatique pure. S’ouvrant dans une beauté feutrée, imprégnée de chagrin, le « Requiem » et le « Kyrie » s’élèvent à des sommets émouvants avant de se terminer sur un espoir serein. D’où le choc du « Dies irae », dont la musique d’ouverture cataclysmique sert de tremplin et de fil conducteur à un vaste mouvement dramatiquement tendu, aux couleurs et textures multiples, comprenant le « Tuba mirum », le « Liber scriptus », le « Quid sum miser », le « Rex tremendae », le « Recordare », l' »Ingemisco », le « Confutatis » et, enfin, le « Lacrymosa », dans l' »Amen » duquel Verdi injecte soudain un espoir lumineux en sol majeur. Suivent une lueur chaleureuse dans l' »Offertorium » et une vigueur frénétique dans le « Sanctus » avec ses fanfares de trompettes et sa fugue pour double chœur. L' »Agnus Dei » est une autre ouverture saisissante, avec les solistes soprano et mezzo introduisant seuls son thème en octaves. Après la lutte vers la lumière du « Lux aeterna », un récitatif impérieux de la soprano ouvre le « Libera me » final, qui a ses propres moments puissants, y compris la reprise solo du « Requiem aeternam » du premier mouvement, fermé par la musique du « Dies irae ». L’œuvre s’achève sur une supplication priante.

avec le généreux soutien de

Madame Aline Foriel-Destezet