fbpx
Header image of page : VFJO / GAFFIGAN / ZEDGINIDZE
concert symphonique

VFJO / GAFFIGAN / ZEDGINIDZE

Bartók, Moussorgsky

Le jeune pianiste géorgien Tsotne Zedginidze, au talent exceptionnel, se joint à James Gaffigan et au VFJO pour interpréter le redoutable premier concerto pour piano de Bartók. S’en suit la transcription orchestrale par Ravel du chef-d'œuvre de Moussorgski, Tableaux d'une exposition, à l'origine une suite pianistique d'une virtuosité somptueuse.

Programme

BÉLA BARTÓK (1881-1945)
Concerto pour piano et orchestre N° 1 Sz. 83

MODESTE MOUSSORGSKI (1839-1881)
Tableaux d’une exposition, orchestration M. Ravel

Le premier concerto pour piano de Bartók a choqué son premier public en 1927 par ses dissonances percussives, en particulier ses tone clusters, inspirés par une rencontre en 1925 avec le compositeur expérimental Henry Cowell. La syncope et les martèlements répétés d’une seule note dominent l’Allegro moderato. Les cordes s’effacent pour l’Andante central, avec ses rythmes ostinato stravinskiens et son contrepoint sinueux des bois. Le tout bascule sans transition dans l’Allegro molto final, qui se précipite furieusement vers une fin abrupte. Les Tableaux d’une exposition de Moussorgski ont été inspirés par la visite d’une exposition des œuvres de son défunt ami, l’artiste Viktor Hartmann. Initialement une suite pour piano solo datant de 1874, elle a été plus tard transcrite par Ravel pour créer une version plus enjouée. Les dix pièces de caractère sont encadrées par des « Promenades » décrivant la lourdeur physique de Moussorgski lors de ses déplacements. « Gnomus », le premier tableau, évoque maladroitement l’image d’un casse-noisette aux grandes dents. D’autres « tableaux » incluent « Le vieux château » – un troubadour médiéval – et « Les catacombes », dont le thème sombre des cuivres est issu des promenades. L’apothéose réside dans une représentation majestueuse de la conception du clocher-tourelle de Hartmann pour « La grande porte de Kiev ».