fbpx

Takács-Nagy, Špaček, Fujita

Mozart, Beethoven

Salle des Combins - 17 juillet 2021

medici.tv

Créez votre compte gratuitement sur medici.tv pour regarder le replay dans son intégralité.

medici.tv >

WOLFGANG AMADEUS MOZART
Concerto pour violon et orchestre N° 3 en sol majeur K. 216

LUDWIG VAN BEETHOVEN
Symphonie N° 8 en fa majeur op. 93

WOLFGANG AMADEUS MOZART
Concerto pour piano et orchestre N° 20 en ré mineur K. 466

Le Concerto pour piano en ré mineur de Mozart est l’un des deux seuls parmi les 27 à être dans une tonalité mineure. En son temps, l’œuvre a dû avoir un effet dramatique retentissant. Celle-ci s’ouvre en douceur, dans un tourbillon tendu mené par les pupitres de cordes, faisant monter en force le discours avant l’entrée en scène de l’orchestre. La sérénité de la Romance centrale, écrite dans une tonalité majeure, est estampillée d’incursions mineures. Bien que le Finale débute en ré mineur, c’est la tonalité solaire du ré majeur qui finit par triompher. Lors de sa création en 1814, la Symphonie N° 8 de Beethoven a surpris le public, habitué aux longueurs croissantes et à la densité de ses symphonies précédentes. Non seulement la symphonie est revenue à une dimension et une légèreté plus proches de celles d’Haydn, mais elle a même troqué le Scherzo, désormais établi, contre un Menuet pour son troisième mouvement. L’audace se ressent en outre par la substitution du mouvement lent par un bref Allegretto scherzando.