Header image of page : DMITRY SHISHKIN
récital piano

DMITRY SHISHKIN

Scarlatti, Rameau, Bach, Debussy, Chopin

Ancien lauréat du concours de Genève et du concours Tchaïkovski, Dmitri Shishkin est salué par les critiques. Il cultive la musique d'inspiration baroque de Debussy pour établir un lien entre des œuvres baroques anticipant l'ère romantique et deux des plus grands chefs-d'œuvre de Chopin à cette époque.

Programme

DOMENICO SCARLATTI (1685-1757)
Sonate pour clavecin en ré mineur K. 1
Sonate pour clavecin en fa mineur K. 466
Sonate pour clavecin en mi majeur K. 380
Sonate pour clavecin en fa dièse majeur K. 319

JEAN-PHILIPPE RAMEAU (1683-1764)
Les Trois Mains 
Le Rappel des Oiseaux 

JOHANN SEBASTIAN BACH (1685-1750)
Chaconne de la Partita pour violon seul N° 2 en ré mineur BWV 1004, transcription F. Busoni

Entracte

CLAUDE DEBUSSY (1862-1918)
Suite bergamasque
L’Isle joyeuse

FRÉDÉRIC CHOPIN (1810-1849)
Scherzo N° 2 en si bémol mineur op. 31
Polonaise en la bémol majeur op. 53 « Héroïque »

Scarlatti a écrit et publié ses 555 sonates en seul mouvement ou « exercices », à partir de 1738 lorsqu’il était maître de musique aux cours portugaise et espagnole. Leur univers sonore regorge des couleurs de ces environnements, notamment la K 380 avec ses imitations de fanfares de cuivres. Rameau a également composé des œuvres extra-musicales avec ses propres suites d’exercices, comme Le Rappel des oiseaux (1724), qui renforce les doigts et évoque le chant des oiseaux. Les Trois Mains (1726), quant à lui, est un exercice de croisement des mains. La chaconne en ré mineur de Bach, constitué de 64 variations sur un thème de quatre mesures, est un véritable monument musical. Intégrée dans une suite composée dans les années 1720, elle représente l’un des plus grands défis techniques et artistiques du répertoire pour violon. Sa transcription pour piano réalisé par Busoni en 1916, bien que destinée à un instrument différent, requiert une virtuosité et une technique tout aussi exigeantes. Les pièces de Debussy, la Suite Bergamasque en quatre mouvements de 1905 et L’isle joyeuse de l’année précédente, s’inspirent toutes deux de l’ère baroque. La Suite Bergamasque l’est principalement sur le plan structurel mais les deux pièces partagent un langage harmonique évocateur avec leur tonalité dansante et nostalgique. Dans L’isle joyeuse, cette atmosphère culmine avec une virtuosité exceptionnelle lors de son apogée final. L’audace et le romantisme sont également de mise dans le Scherzo N°2 en si bémol mineur de Chopin et la Polonaise « Héroïque ».