Header image of page : YAMEN SAADI / JULIEN QUENTIN
musique de chambre

YAMEN SAADI / JULIEN QUENTIN

Ysaÿe, Franck, Strauss

Les deux premières œuvres de ce programme sont liées à la fois par le violoniste virtuose belge Eugène Ysaÿe et par le thème des jeunes mariés, bien qu'il s'agisse de scénarios de mariage totalement différents.

Programme

EUGÈNE YSAŸE (1858-1931)
Poème élégiaque op. 12

CÉSAR FRANCK (1822-1890)
Sonate pour violon et piano en la majeur

Entracte

RICHARD STRAUSS (1864-1949)
Sonate pour violon et piano en mi bémol majeur op. 18

En 1892, Ysaÿe a composé son Poème élégiaque, dédié à Fauré et inspiré par la scène du tombeau dans Roméo et Juliette. Cette pièce, constituée d’un seul mouvement, commence et se termine dans la tonalité ré mineur, avec un lyrisme élégant qui entoure une « scène funèbre » centrale en si bémol mineur, représentant Roméo pleurant le corps apparemment mort de Juliette. Dans cette partie, des sonorités sombres de cloches émanent du piano, et le violon, accordé un ton plus bas sur sa corde de sol, ajoute à l’atmosphère sombre. Les premières mesures suspendent le temps de manière songeuse, avec une tierce proéminente qui guide le reste du mouvement. Vient ensuite un Allegro turbulent et virtuose, suivi d’un recitativo-fantasia d’inspiration opératique, imprégné d’une atmosphère dense, qui semble se terminer dans le désespoir. Cela amplifie le sentiment de libération éclatante au début du finale en la majeur, où les deux instruments s’entrelacent tendrement en canon, pour finir dans un triomphe extatique.  L’ardente Sonate pour violon en trois mouvements de Strauss de l’année suivante a été inspirée par sa future épouse, la soprano Pauline de Ahna. Ses structures complexes et ingénieuses, ainsi que ses audacieuses tournures harmoniques, ont souvent des accents d’opéra.