fbpx
Header image of page : THE MAISKYS
musique de chambre

THE MAISKYS

Schumann, Brahms

Réunion de famille, le violoncelliste Mischa Maisky, sa fille pianiste Lily Maisky et son fils violoniste Sascha Maisky, présentent trois œuvres de chambre du triangle le plus célèbre de l'histoire de la musique, Clara et Robert Schumann, et Johannes Brahms.

Programme

CLARA SCHUMANN (1819-1896)
Trois Romances pour violon et piano op. 22

JOHANNES BRAHMS (1833-1897)
Trio pour piano et cordes N° 1 en si majeur op. 8

Entracte

ROBERT SCHUMANN (1810-1856)
Trois Romances pour violoncelle et piano op. 94

JOHANNES BRAHMS (1833-1897)
Trio pour piano et cordes N° 3 en ut mineur op. 101

Les trois Romances pour violon de Clara Schumann datent de 1853, une période marquante où elle a fait la connaissance de Johannes Brahms, son ami de longue date. Cela s’est déroulé pendant la période d’accalmie de l’année précédant la tourmente personnelle de 1854, lorsque son mari et défenseur de Brahms, Robert Schumann, a tenté de se suicider. Le N° 1 est un Andante molto au lyrisme rêveur. Un soupçon de mystère se glisse dans l’Allegretto, avant que le N° 3 ne présente une mélodie de violon mélancolique sur des figures de piano ondulantes. En 1886, après que Brahms eut demandé l’avis de Clara sur son troisième et dernier trio pour piano, elle écrivit dans son journal à propos du scherzo : « Aucune autre œuvre de Johannes ne m’a autant transportée ; si tendre est le flux du deuxième mouvement qui est merveilleusement poétique. Je suis plus heureuse ce soir que je ne l’ai été depuis longtemps ». Ce scherzo est précédé d’un Allegro energico plein d’élan, suivi d’un Andante grazioso serein, puis d’un finale dont l’obscurité en do mineur se transforme finalement en lumière en do majeur. Les trois Romances de Robert de 1849, initialement écrites pour hautbois, présentent toutes un caractère pensif et nostalgique, avec de nombreuses tonalités mineures et des sursauts d’énergie tendus.