fbpx

Sheku & Isata Kanneh-Mason

Bridge, Britten, Rachmaninoff

Église de Verbier - 30 juillet 2021

medici.tv

Créez votre compte gratuitement sur medici.tv pour regarder le replay dans son intégralité — replay disponible jusqu’au 31 octobre 2021.

medici.tv >

FRANK BRIDGE
Sonate pour violoncelle et piano en ré mineur H. 125

BENJAMIN BRITTEN
« Tema Sacher » pour violoncelle solo

SERGUEÏ RACHMANINOFF
Quatorze Romances op. 34
– N° 1 « Muza »
– N° 7 « Ne mozhet byt′! »

FRANK BRIDGE
« Spring Song » H. 104 N° 2
Mélodie pour violoncelle et piano en do dièse mineur H. 99
Scherzo pour violoncelle et piano H. 19a

BENJAMIN BRITTEN
Sonate pour violoncelle et piano op. 65

Frank Bridge a composé sa sonate pour violoncelle entre 1913 et 1917. Le premier mouvement romantique, probablement achevé avant la Première Guerre mondiale, embrasse désirs ardents et émerveillement. Le mouvement lent reflète clairement le désespoir de Bridge face à la guerre, tout en repoussant les limites de l’harmonie tonale. L’une des plus importantes relations entre compositeurs et musiciens du répertoire pour violoncelle est ensuite honorée via la Sonate pour violoncelle de Britten et « Tema Sacher », la première et la dernière des œuvres qu’il a écrites pour Mstislav Rostropovitch. La première pièce date de 1961, écrite après leur rencontre lors de la première au Royaume-Uni du Concerto pour violoncelle N° 1 de Chostakovitch, également dédiée au violoncelliste emblématique. La seconde, forgée tel un bijou, est un hommage à leur ami commun, le chef d’orchestre suisse Paul Sacher, dont ils ont fêté le 70e anniversaire en 1976. « Muza » et « Ne mozhet byt’ ! » de Rachmaninoff sont des transcriptions issues du même cycle de chansons que la célèbre Élégie.