fbpx
Header image of page : VFO / DUTOIT / FUJITA
symphonique

VFO / DUTOIT / FUJITA

Saint-Saëns, Respighi

Charles Dutoit prend sa baguette pour diriger le VFO dans un programme qui promet une fin de festival en apothéose. Mao Fujita se joint à l'orchestre en tant que soliste pour interpréter le saisissant Deuxième Concerto pour piano de Saint-Saëns, suivi d'un feu d'artifice orchestral avec trois poèmes sonores de Respighi célébrant Rome.

Programme

CAMILLE SAINT-SAËNS (1835 – 1921)
Concerto pour piano N° 2 en sol mineur op. 22

Entracte

OTTORINO RESPIGHI (1879-1936)
Fontane di Roma
Feste Romane
Pini di Roma

Saint-Saëns, à la fois brillant pianiste et organiste, a composé son Concerto pour piano en sol mineur en 1868 en seulement trois semaines. L’œuvre s’ouvre avec un clin d’œil à ses talents multiples : un piano solo avec un point de pédale dramatique, superposé à une figuration spacieuse dans l’aigu qui s’accélère en cascades virtuoses suivi par l’orchestre introduisant le premier thème. Les deux mouvements suivants sont un Scherzando enjoué et léger comme une plume ainsi qu’une tarentelle endiablée. Les trois poèmes sonores de Respighi sur le thème de Rome, chacun en quatre mouvements, sont marqués par l’influence de ses leçons de composition avec le grand Rimsky Korsakov. Fountains of Rome (1916) dépeint initialement la fontaine rurale de Valle Giula à l’aube, avec un hautbois pastoral résonnant à travers la brume naissante. L’instrumentation non conventionnelle des Pins de Rome (1924) comprend le chant de rossignol enregistré en clôture du troisième mouvement dans un style plutôt sombre. Roman Festivals (1928) culmine avec La Befana, un chef-d’œuvre orchestral aux rythmes entraînants et aux voix dissonantes qui s’affrontent. Son style et son tempo changent du tout au tout, avec un trombone ténor solo qui « joue » un joyeux drille ivre.