fbpx

Mozart / Mao Fujita I

Intégrale des sonates pour piano

Église de Verbier - 19 juillet 2021

medici.tv

Créez votre compte gratuitement sur medici.tv pour regarder le replay dans son intégralité — replay disponible jusqu’au 31 octobre 2021.

medici.tv >

WOLFGANG AMADEUS MOZART
Sonate pour piano N° 3 en si bémol majeur K. 281
Sonate pour piano N° 4 en mi bémol majeur K. 282
Sonate pour piano N° 5 en sol majeur K. 283
Sonate pour piano N° 14 en ut mineur K. 457
Sonate pour piano N° 10 in ut majeur K. 330

Les premières sonates pour piano de Mozart qui nous soient parvenues ont été écrites entre fin 1774 et début 1775, alors que le jeune homme de 19 ans partageait sa vie entre Salzbourg et Munich, où il supervisait la création de son opéra La finta giardiniera. Nous pouvons ainsi peut-être percevoir dans ces sonates les nuances de l’opéra italien et l’influence de son professeur, Johann Christian Bach. Le K. 281 comporte un Andante amoroso d’une exquise expressivité, au centre de deux mouvements aux élans virtuoses. Le K. 282 est le seul exemple d’une sonate de Mozart qui s’ouvre sur un mouvement lent. Le K. 283 débute sur un Allegro suave et syncopé. Nous faisons ensuite un bond dans le temps jusqu’à l’année 1784 pour le K. 457, l’une des deux seules sonates pour piano écrites par Mozart dans une tonalité mineure, dont la fulgurance émotionnelle préfigure presque Beethoven. Les interludes en mineur qui jalonnent le très solaire K. 330 (composé un an auparavant) font en revanche plus penser à un bariolage qu’à d’antagonistes nuages.